PERFORMANCES | CONCERTS | CINEMA EXPOSITIONS | CONFERENCES | ATELIERS

CONCERTS

Croisement des genres: à la fois expérimentaux, improvisés, contemporains et dans un deuxième temps plus orienté “dance floor”, musiques électroniques ou bien encore nouvelle scène post-clubbing.

Cliquez ici

EXPOSITION

L'artiste Keith Rowe présentera une nouvelle pièce composée par des chiens et des radios à La Plateforme Intermédia, Ile de Nantes.

Cliquez ici

ATELIERS

Avant le début du festival et durant le festival, plusieurs ateliers seront au programme, organisés en collaboration avec les associations nantaises et nazairiennes.

Cliquez ici

22|23|24 AOÛT 2014

Plus d'infos

Soirée Electronoise

Samedi 23 août, 20h30-01h00 : Concerts – Les Ateliers de Bitche – 3, rue de Bitche, Nantes 

Programmation de soirée en collaboration avec les associations D-Résonance et Ex-Situ 

Agenda du soirée

DJ de la soirée – Mellotron
Solar Return
Aka Bondage
Marc Baron
Z’EV
Beyon:D
Madrox
El Pibe
Pet Ass
Split
Alaskam

 

Solar Return – Jenny Pickett et Julien Ottavi

solar_return_promo
Retour solaire prend phénomènes électromagnétiques comme un point de départ pour leurs créations audio. Partitions pour dual audio synthés / oscillateurs reflètent les modèles et les événements électromagnétiques tels que les éruptions solaires et la ville intérieure téléphonie mobile pics de mât.
“Le Flair Electronique” est leur nouvel album composé et mixé dans Bruit Brut Studio avec deux émulation ARP2600.
http://solarreturn.bandcamp.com/releases

 

 

Marc Baron 

MarcBaronIl y a les sons que je collecte, ceux que je fabrique, il y a ce que j’établis en amont par des protocoles et que je projette. Surtout, tout ce qui vient là, à mes oreilles, parfois par hasard, lorsque la matière est travaillée dans le studio, par la bande, par le microphone. Au départ, aucun son ne m’intéresse plus qu’un autre, je vais simplement là où je pense sentir quelque chose et je creuse. La forme que tout cela prend (diffusion, performance, disque) dépend essentiellement de la musique elle-même. Lorsque cela a du sens, l’espace ou le contexte de diffusion peuvent aussi déterminer des choses. La complexité des qualités, leur assemblage, est le fond-même de ma musique ; prise entre un réalisme d’apparence et le désir du plus grand flou. Je cherche une tension.

Marc Baron 2012

Détecteur de Fantômes – Andy Bolus (School Of Meat Cutting).

Samedi 23 août, 10h00-13h00 : Ateliers Ouverts – Plateforme Intermédia

workshop examplesBasé sur l’omnipresente puce LM386, un amplificateur connu pour ses bruits et saturations normalement indésirable, le sujet des milliards de mots énervés dans les forums pour audiophiles.

Sa performance (qualité de son / réduction de bruits) peut être améliorée par des réseaux résistance/capacitance, mais c’est exactement ce qu’on va éviter. Heureusement pour nous qu’avec 3 ou 4 composants passifs(inclus un qui font la gain au maximum de 200W), on peut construire une vraie bête. Après tout, c’est dans les bruits et craquements qu’on peut capturer les anomalies magnétiques, comme pour trouver les araignées on regarde dans leurs toiles cachées SOUS son lit, et pas DEDANS. Mais on ne sait jamais…

C’est avec l’utilisation d’une antenne en cuivre (qui remplace un microphone) que tout le spectre électromagnétique se révèle à nos oreilles, qui sont très limitées en portée, et qui ne captent que les sons avec un point d’origine spécifique ou en mouvement et non aux sons qui paraissent de partout ou de nul part (cf. Esposito et al), et leurs seuls traces sont des modulations des ondes magnétiques, c’est à dire les traces négatives des sons, comme l’air qui est dans les rainures sur la surface d’un disque vinyle gravé de musique.

Si on considère la machine que l’on va fabriquer comme un instrument de musique, c’est un instrument qui possède une interface hyper-sensible, c’est à dire un instrument qui change ses paramètres par les fluctuations d’ondes dans l’environnement et par la proximité de la chair humaine et de la résistance de notre peau. Même les molécules de fer dans notre sang.

GHOST EMRSi cet après-midi vous n’avez pas de ‘chance’ de capter les bourdonnements de voix de “l’autre coté” (c’est, évidemment surtout un travail très intensif et long -cf le travail de Raudive, Jorgensen et al-), pendant 4 heures d’atelier vous avez beaucoup plus de chance de capter par hasard les taxis, les livraisons de pizza ou les morts-vivants du squat, que des voix des malheureusement morts récemment Jean Rollin ou Jess Franco, par exemple, à qui vous avez sans doute envie de poser plein de questions, ce n’est pas grave.

En fait le circuit est très facile à adapter avec quelques autres composants comme les ‘body-contacts’ (c’est à dire des fils attachés aux vis ou clous et qui sortent de certaines broches de la puce pour faire les oscillations quand on les touche, très approprié pour Halloween.

En effet on va fabriquer un circuit avec l’intention de faire du ‘circuit-bending’, qui va aussi servir comme ‘module’ (amplificateur, oscillateur) pour mélanger avec d’autres circuits que vous allez construire dans nos prochains ateliers.

A la fin de l’atelier vous êtes encouragés pour faire un ‘ghost walk’ (se balader avec vos casques/détecteurs dans l’immeuble ou dans la rue pour capter les différentes ondes).

http://schoolofmeatcutting.free.fr

TIME IS EVERYWHERE – Julien Pauthier

Projet pour une installation sonore

Julien_PauthierIl y a maintenant quelques années, je réfléchissais à un moyen de créer une pièce sonore dont la durée ne pouvait être fixée, une pièce sans limite de temps. Il paraissait évident qu’une personne seule ne pouvait pas exécuter une telle proposition, seule l’informatique pouvait me permettre de réaliser cette pièce, mais en aucun cas je ne voulais qu’un programme joue tout seul. Il fallait que surviennent des éléments aléatoires, des événements non programmés, non réalisés par un être humain. C’est pourquoi j’ai tout de suite pensé au temps, à la météo, au climat. La météo permet à elle seule de regrouper tous mes souhaits.

La réalisation de cette installation s’exécute via une station météo dont les données (barométrie, vitesse du vent, température, direction du vent, quantité de lumière etc.) sont récupérées par un ordinateur qui traite ces dernières en temps réel et les transforme en onde sonore.

A partir de là quelques réflexions ont commencé à germer. Avec l’apparition des outils informatiques, la notion de temps réel s’est imposée. L’être humain, dans son souhait de rendre la technologie à son image (technologie cognitive), pense ses recherches dans ce sens. Au fil du temps, les microprocesseurs calculent plus rapidement, le débit de données s’accroît, l’être humain est en mesure de réaliser son objectif. Ainsi la technologie est en faculté de simuler l’instantanéité au sens physique du terme : “Je touche du doigt un objet, j’en ressens immédiatement son effet” (1.) Ces recherches m’amènent à conclure que le temps réel n’est qu’un concept (2.) et ne peut exister, ce n’est qu’une sensation, car, très simplement, dès qu’il y a une vitesse il y a un déplacement, il y a donc un temps, le temps de transfert des données. C’est d’autant plus évident en informatique que le débit de données est relatif aux éléments qui constituent l’ordinateur. Nous pouvons très facilement le constater à l’échelle universelle grâce au temps que parcours la lumière du soleil pour arriver jusqu’à nous.

De ce constat, je souhaite dépasser cette notion de temps réel pour simplement mettre en relation l’homme et son environnement. Au lieu de parler de temps réel, je préfère parler de la réalité du temps. Ici, il faut comprendre le terme ‘temps’ de deux manières. D’une part le temps qui passe, qui n’a pas de durée (c’est-à-dire : sans fin), indéterminée, indéfinie (3.), et d’autre part le temps au sens météorologique. Les recherches que je souhaite mener portent sur cette relation; l’influence sur le sonore de la météorologie ambiante. Composée de fréquences cette pièce retranscrit une image sonore des évènements chaotiques du climat et, dans l’absolu, n’a ni début ni fin.

Cette installation autonome se décompose en deux parties. D’une part un endroit stratégique doit être défini comme zone de captation des données de la station météo, ce lieu doit être assez significatif dans ce qu’il a d’inaccessible, de rudesse du climat ou d’un climat aux changements brusques. La seconde partie est l’endroit de restitution de la pièce sonore. Le lieu de restitution de la pièce sonore est, pour le premier, le même que le lieu où est déposée la station météo. Le second est un endroit éloigné spécifiquement choisi pour retranscrire la pièce sonore. Il s’agit pour le dernier endroit d’une restitution en flux continu via le réseau internet.

Dans ce projet, la mise en relation de la technologie et de la nature favorise le détachement de l’être humain par rapport à lui-même et lui permet de mieux comprendre le rôle que peuvent avoir ces lois universelles sur son implication dans l’environnement.

Un concert
Il faut concevoir la station météo comme un dispositif permettant de mettre en place un concert permanent.
Je préfère parler de concert plutôt que d’installation. Effectivement je considère que le temps est le musicien, le chef d’orchestre. Comme un musicien qui improvise, les changements d’états du temps ne sont dictés par aucune volonté propre. Ces changements sont indéfinis et aléatoires. Le phénomène est naturel et s’équilibre seul.
Je pars du postulat que notre monde est infini ainsi que les événements climatiques. Il s’agit ici d’utiliser ces derniers comme modulateur d’un ‘Drone’ sonore, dont la caractéristique principale est d’être continu. Il peut dans certain cas sembler infini comme dans certaines pièces de La Monte Young ou encore de Phill Niblock.
Le son
Mes premières recherches sur le rendu sonore se sont principalement orientées sur de la synthèse sonore avec une évolution lente. Il semblerait que l’usage d’un Drone apparaisse comme le meilleur rendu sonore. Sans discontinuité, le son évolue à la vitesse du temps.
Nous pouvons traduire littéralement le «soundscape» par paysage sonore. Aussi, et sans tomber dans une transcription trop banale, il me semble important d’émanciper cette notion de paysage sonore. Concrètement de fusionner le paysage et le sonore pour qu’il ne fasse qu’un au niveau d’une temporalité qui nous dépasse en tant qu’être humain.

Un parcours
Nous pouvons penser que l’auditeur avisé par le but de son parcours, à savoir, aller écouter un concert dans la nature, conditionnera sa marche et pourra ainsi aborder la question fondamentale et simple, que pose ce dispositif, qui pourrait être : «Quelle est ma place dans l’environnement dans lequel je me trouve ?».

R. Murray Schafer(4.) résume l’un des enjeux du paysage sonore ainsi : «Nous essayons d’entendre l’environnement sonore comme si c’était une composition musicale – une composition dont nous serions en partie les auteurs.» (5.)

J’estime que le dispositif de la station météo inverse l’idée de R. Murray Schafer. L’auditeur se place dans cette position d’écoute au travers de la station météo. En revanche c’est cette dernière qui se charge de traduire la composition.

Bibliographie et ressources
Page 1 / (1.) Edmond Couchot – Je sème à tout vent (1990) – (2.) Jean Christofol – Flux, stock et fuites (symposium Locus Sonus, 2007) – (3.) The Theatre of Eternal Music Page 2 / (4.) R. Murray Schafer – Le paysage sonore, le monde comme musique – (5.) Matthieu Crocq – Glossaire d’écologie sonore

Soirée cinema – Perte de signal

Sur le mur de CinéCréatis : 24 août, 22h30 – 00h30

Dialogue d'OmbresBandits-Mages propose un programme de films fait de hors cadres, de perpectives et bien sûr de hors champs. Au sens quasi littéral. Oui. Mais au même titre qu’un procédé d’écriture peut en dire long sur une vision du monde, et témoigner d’une politique.

- La profanation des dispositifs, David Legrand et Philippe Zunino (France)
- LACRAU, JOÃO VLADIMIRO (Portugal)
- Sickness of the present, Ruben Gutierrez (Mexique)
- TRYPPS #7 (BADLANDS), Ben Russell (USA)
- Dialogue d’Ombres, Danièle Huillet et Jean-Marie Straub (France)

BANDITS-MAGES
Depuis sa création en 1991 par la volonté d’un groupe d’étudiants des Beaux-Arts de Bourges,

BANDITS-MAGES organise un Festival, origine et coeur de l’association. Elle devient en même temps un organe de soutien de la création et de la recherche dans le domaine de l’image en mouvement et des arts médiatiques. http://www.bandits-mages.com/

Wilfried Nail “Détruire et silence”

Visite de l’exposition du vendredi 22 au dimanche 24 août, de 14h30 à 18h30
Les Ateliers de Bitche, Nantes – entrée libre

“Détruire et silence”

wilfried_nailCette une sculpture s’inspire d’une sucette publicitaire ayant subit un jet de cailloux pendant la manifestation anti aéroport. Ce qui me plait c’est le changement de statut qui s’opère sur ce genre de mobilier urbain grâce à un simple geste, rapide et spontané. J’aime la violence, la fragilité et la beauté qui émane de cet objet abimé.

“Détruire et silence” est construite avec du bois, du verre, du métal et des néons. Elle abrite un petit dispositif sonore qui interagie avec son environnement. Le son sera ténu et cristallin.

Wilfried Nail est un artiste plasticien et créateur sonore. Il réalise des installations, des performances et des pièces sonores. Il crée des machines hybrides mettant en œuvre des objets domestiques et corps humains qui jouent avec les frontières entre le quotidien et l’absurde , la frustration et le désir.

Soirée musique cosmique

20h00 – vendredi 22 août – Parc des Chantiers, la grue jaune (Ile de Nantes)

Programmation de soirée en collaboration avec les associations Art&Fact et Ex-Situ

Agenda de la soirée

BBQ african : 19h30 – DJ de la soirée  : Mellotron : 19h30 – 00h30 – Julien héraud : 20h00 – Marc Caro : 20h45 – Diagonale Stable : 21h30 – Evil Moisture : 22h15 – Mick Texier : 23h00

Julien Héraud

heraudSaxophoniste de formation et chroniqueur sur improv sphere, Julien Héraud s’est tourné vers les musiques électroniques et le synthétiseur depuis peu. Pour ce premier solo, il proposera une forme de drone basé sur des préenregistrements d’instruments et un système de feedback.

SPACE Musicosmix – Marc Caro

SPACEComme issue du chaos initial qui génère depuis le big bang des structures de plus en plus ordonnées, la partition permettra au public de reconnaitre avec difficultés certaines musiques qui ont marqué de leur empreinte notre imaginaire cosmique… une sorte de blind-test psycho-auditif live d’une demi heure !!!

Marc Caro
Durant les années 1970, il publie des bandes dessinées dans Métal hurlant, Fluide glacial, Charlie Mensuel ou L’Écho des savanes. En 1974, il rencontre Jean-Pierre Jeunet au Festival international du film d’animation d’Annecy, avec qui il réalisera de nombreux courts, un clip et des longs métrages (Delicatessen et La Cité des enfants perdus). Durant les années 1980, il a dirigé un groupe de musique industrielle nommé « Parazite ». Il aide durant les années 1990 à la direction artistique de certains films, fait l’acteur, réalise des pubs et plusieurs courts-métrages. En 2008 il réalise son premier long-métrage en solo, Dante 01 avec Lambert Wilson. Son nouveau projet est un documentaire sur la technologie au Japon qui est intitulé Astroboy à Roboland. https://fr.wikipedia.org/wiki/Marc_Caro

Diagonale Stable

cyrille.jpeg_4
Diagonale Stable c’est l’histoire d’une rencontre musicale qui dure, et qui a débuté bien avant l’existence dudit duo. Après une aventure en groupe de rock de 1994 à 1999, les deux compères poursuivent leur vision du matériau sonore en duo dès l’année 2000. Adepte de la décroissance sonore, aux contrées des musiques noise, concrète et électroacoustique, Diagonale Stable c’est un dispositif électroacoustique à base de bandes analogiques en tous genres (revox, magnétophone, dictaphone) et d’une guitare à plat environnée intégrant des instruments-jouets ou de la voix. Témoignages de débris de la vie quotidienne, ambiant des temps modernes recyclant le passé, drones de guitares parfois noise sont la recette d’un duo plus que jamais vivant, au centre du bruit.

 

Evil Moisture – Andy Bolus

9v
Le performer et plasticien anglais (qui habite Paris depuis quinze ans) Andy Bolus est un des pionniers européens du circuit-bending.
Depuis le début des années 90, Andy Bolus travaille à la création de ses propres instruments de musiques électroniques en détournant pour cela avec humour et ingéniosité, des objets initialement fabriqués en série.
Ces jouets standardisés (le plus souvent récupérés dans les poubelles ou au marché aux puces) deviennent entre ses mains de véritables machines infernales, en partie incontrôlables, générant des sonorités inouïes jamais entendues auparavant.
Les sons ainsi produits sont ensuite utilisés pour des installations sonores interactives et des performances musicales dans lesquelles la chance et l’imprévisible occupent une grande place. L’aspect ludique des matériaux de base est toujours présent à l’arrivée et ce malgré la radicalité du traitement infligé.
Étant artiste plasticien au départ (il est diplômé des Beaux Arts de Leicester en peinture, art vidéo et son), il attache une importance toute particulière à l’aspect esthétique de ces nouvelles machines, transformant également leur aspect extérieur, faisant d’elles, de véritables oeuvres d’art-singulier.
Nombreux sont les compositeurs et musiciens comme Luc Ferrari par exemple, à avoir fait appel à ces services pour fabriquer des instruments uniques.
A côté de sa pratique du jouet modifié, Andy Bolus publie également ses dessins dans des livres en sérigraphie (Le Dernier Cri) et autres fanzines auto-édités. Son travail (musique, installation, exposition) a été présenté un peu partout en Europe, au Japon et aux États-Unis. Il est un des rares acteurs de la scène Circuit-Bending a également (auto-)produire des disques, K7, CD etc…
Websites http://schoolofmeatcutting.free.fr http://evilmoisture.free.fr

Livre Des Morts Des Anciens Égyptiens – MICK TEXIER

scarabe - mick texierEn dire avant un peu quelque chose, pour mieux en être
L’utilisation des livres des morts Égyptiens, du récit fantastique sur la notion de passage, d’une vie à une autre vie. Cette utilisation du livre des morts est un prétexte à une mise en relation (ou articulation), entre la nature/signe (le lieu : les quais, la puissance su sémaphore « Titan », machine balistique, cosmodrome lanceur vertigineux de vaisseaux vers les Portes de l’Horizon) et un développement musical à venir.

L’analogie entre le déroulement du rituel sonore (son temps de réalisation propre) et, l’environnement immédiat, cette carnation métallique là, partout autour de nous, crée une coexistence du mystère de la nature/signe et de la vie sonore.
Une immixtion entre Musique/Nature/Signe, celle-ci provoquant une dramaturgie du sens par jeux de contiguïté de l’un par l’autre.

« Tout l’Univers visible n’est qu’un magasin d’images et de signes auxquels l’imagination donnera une place et une valeur relative. C’est une espèce de pâture que l’imagination doit digérer et transformer. » Baudelaire.

Le dispositif visuel : alignements du sémaphore Titan, sculpture totémique, et la présence musicale. « Stimulation entre la perception de l’invisible (musique) qui génère un autre réel de réel, un surréel de forces éparses et convergentes, une représentation de l’irreprésentable » C. Clozier.

Et : le signe (l’objet sculpté, le formé), le lumineux, le hiératique, le prescient. Ce signe comme un aller-retour du regard ponctuel à l’écoute permanente, émet une pulsion scopique, infléchie par la pression du corps sonore.

Signe/Lien entre le son et la nature.
La trilogie est installée, en marche pour une nouvelle temporalité, structurée sur de l’entre trois, afin d’y faire croître un autre vivant.
L’Art (ou la réunion des éléments) comme lieu de passage d’un au-delà à un
ici-bas maintenant dans le temps du faire.

L’Art comme production d’une nouvelle présence née de l’écart.

LA SORTIE DU JOUR
(Livre Des Morts Des Anciens Égyptiens)

I INVOCATION (ou RÉGÉNÉRATION) 12 mn 30 s
II CÉRÉMONIE 15 mn 15 s
III NAVISPHERE (ou DÉPLACEMENT) – Quatre parties 26 mn 30 s
IV TRANSFIGURATION 09 mn 50 s
V PSYCHOSTASIE (ou JUGEMENT) 07 mn 10 s
VI DÉLIVRANCE 12 mn 70 s

Wiki-Podium

14h00 – samedi 23 août – sur le toit de l’école d’architecture
Conférence / débat organisée par Anaïs Rolez (Historienne de l’art contemporain)

Ligne de fuite et exploration hors champ, lignes de fuite et exploration hors champ, lignes de fuites et exploration hors champ, lignes de fuites et explorations hors champ, lignes de fuites et explorations hors champs, ligne de fuites et exploration hors champ, ligne de fuites et explorations hors champ, ligne de fuites et explorations hors champs, ligne de fuite et explorations hors champ, ligne de fuite et exploration hors champs, fuite du champ de l’exploration linéaire, fuite de lignes du champ exploratoire, exploration des lignes du champ fuyant, recherche d’un territoire ailleurs pour la pêche à la ligne.

Avec la participation de : Marie-Pierre Bonniol, Pierre-Guillaume Clos, Thomas Renard…

Anaïs Rolez est historienne de l’art contemporain. Elle enseigne à l’université catholique d’Angers et à l’université de Nantes. Ses recherches actuelles se portent sur la logique dynamique du contradictoire appliquée à la méta-machine de Jean Tinguely.
http://www.partage-du-sensible.blogspot.com

Marie-Pierre Bonniol, née en 1978 à Marseille, est auteur, chercheur et concepteur de projet. Diplômée en arts plastiques et en Esthétique, elle a exercé depuis 1995 les fonctions de journaliste, critique d’art, enseignante, commissaire, conseillère artistique, agent, programmatrice, chef de projet et directrice d’établissement. A l’initiative de nombreux projets (revues, festivals, structures), elle est aussi l’auteur de textes, d’essais et de livres-objets. Collection Morel est le dispositif plastique, littéraire et philosophique dans lequel elle tâche de rejoindre ses intérêts et thèmes de recherche, qu’il s’agisse de l’imaginaire, de l’affect, de la fiction et de l’habiter.
Parcours et références : http://studiowalter.com/mpb – Collection Morel : http://collection-morel.com

Pierre-Guillaume Clos est né en 1970. Il suit à la fin des années quatre-vingt la classe de musique électro-acoustique au conservatoire de Chalon-sur-Saône et se forme aux techniques de prise de son à Radio-France. Admis ensuite à l’École Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy en 1999, il obtient son diplôme de fin d’étude avec les Félicitations du Jury en 2004 et le prix de la Ville de Nantes en 2009. http://www.pierreguillaumeclos.com

Thomas Renard est maître de conférence en histoire de l’art contemporain à l’université de Nantes.

AUDIOFLANEUR – “LA FABRIQUE DU PASSÉ”

Création du collectif Apo33, AUDIOFLANEUR propose une écoute interactive du passé historique du parc des chantiers de l’île de Nantes. La Fabrique du passé est un retour méditatif, musical et multimédia sur le lieu d’origine du site de construction de bateaux où se trouve le Parc des chantiers, les Machines et la Fabrique. Flânerie sur le site, le participant (de 5 à 77 ans et plus) s’habille d’un léger gillet interactif qui prend en compte les déplacements, les gestes et les mouvements dans le but de créer une composition sonore unique reconstituant les sons et l’histoire de l’ancien site de construction de bateaux.

UNE DÉRIVE SONORE INTERACTIVE À TRAVERS LE PATRIMOINE HISTORIQUE ET CULTUREL DU PARC DES CHANTIERS.

→ information – ballade-flanerie sur le parc des chantiers
→ durée – selon votre flanerie
→ public – ouvert à tous, enfants à partir de 5 ans
→ ouvert du jeudi au samedi – de 14h30 à 18h30
→ site accessible aux personnes à mobilité réduite
→ prix – 10€

inscription par internet : orga[a]apo33.org

KEITH ROWE “Dogs & Radios”

Visite de l’exposition du jeudi au samedi – Du 11 Juillet au 23 août, de 14h30 à 18h30
La Plateforme Intermedia / La Fabrique, Iles de Nantes – entrée libre

Dog and Radio IVCette exposition propose une installation de l’artiste Keith Rowe à la Plateforme Intermédia / Apo33 – La Fabrique, il présentera une nouvelle pièce composée par des chiens et des radios se répondant dans un ensemble visuel et sonore où l’imaginaire et le passé se rencontre. Une référence à “la voix de son maître” une image du son, l’animal familier écoutant un disque 78 tours, ici une radio, le tout avec une poésie de l’instant, une musique bruiteuse et douce.

Keith Rowe : artiste britannique vivant à Nantes depuis plus de 20 ans. Plasticien, peintre et musicien.